Satané marteau

Rédigé par Nicolas - 25 juin 2012

Bricoler pour moi, ça a toujours été une seconde nature. Ne serait-ce que dans le concept, j'apprécie de voir comment les choses fonctionnent afin d'en comprendre les rouages. D'ailleurs, Ce week-endr, j'ai entrepris la délicate tâche de réparer quelques planches d'isolation au niveau de mon toit.

Et autant vous le dire tout de suite, il m'est arrivé une belle tuile...

D'ailleurs, si je ne peux écrire ceci qu'aujourd'hui, c'est bien parce qu'un de mes membres était complétement inutilisable. Ma femme pourra d'ailleurs en témoigner. Je vous rassure d'ores et déjà : ma virilité n'a pas été mise en péril.



Mais avant de nous intéresser à l'aboutissement de mes travaux, plantons le décor.



Nous sommes dimanche. Le temps semble avoir du mal à se stabiliser, mais je me décide quand même à sortir la boite à outil du garage afin de pouvoir m'adonner à quelques réparations. Je suis déjà habillé en bon bricoleur du dimanche, je m'équipe donc directement comme un champion de la manutention, fixant la ceinture recelant de nombreux outils autour de ma taille.

En me voyant ainsi, ma femme rigole et je prends bien évidemment la pose afin de lui montrer ce qu'est un véritable bricoleur.

Au terme de mon défilé, je me dirige vers le point d'ancrage de mon échelle tel un héros des temps modernes. L'ascension vers le sommet est rapide, je suis dans le vif du sujet, devant ces planches abimées sur lesquels je me penche directement.

Le marteau dans la main droite, j'enfonce machinalement les clous dans la planche, je suis un peu distrait par le beau temps. D'un coup, je ressens une vive douleur dans l'index, une sensation de piqure ou d'écrasement suivie d'un court frisson. Je finis tout de même de planter le clou à moitié enfoncé, puis descend rapidement de l'échelle, tout penaud.



Après tout, cette blessure est aussi régulière chez moi que le fait de se cogner le petit orteil dans l'encadrement d'une porte : c'est très douloureux les premières minutes.

Afin de palier à cette néanmoins jolie couleur violacée qui caractérisait ma malheureuse extrémité, j'ai pu remédier au problème avec ma femme qui s'est improvisé comme mon infirmière personnelle. La technique est assez simple : il suffit d'appliquer de la glace directement sur l'endroit blessé afin de faire désenfler, un peu de sang s'étant accumulé sous mon malheureux ongle, il a aussi fallu percer un petit trou dans ce dernier pour évacuer le trop plein.


Ce n'est pas très agréable, mais on est un guerrier ou on ne l'est pas.
Du coup, le toit attendra le weekend end prochain. Mon doigt quant à lui va beaucoup mieux.

Classé dans : bricolage - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot bcawwm ? : 

Catégories

Archives

Mots clés

Derniers articles

Derniers commentaires